Accueil » Les ventes high-tech peinent toujours à progresser en France
High Tech

Les ventes high-tech peinent toujours à progresser en France

Le marché continue sa plongée dans le rouge malgré le boom des objets connectés

Les ventes high-tech peinent toujours à progresser en France selon une étude réalisée par le brillant institut allemand Gfk. Ce secteur clé de l’économie française a encore confirmé sa morosité pour la troisième année consécutive. Entre 2013 et 2015, le chiffre d’affaires a replié de 0,5% en moyenne sur chaque année pour s’établir à 3% contre un taux qui au départ était de l’ordre de 2%. Les attentats parisiens ont sérieusement affecté ce secteur d’activité même d’autres facteurs comme l’instabilité de l’euro face aux devises internationales y est pour quelque chose. Le CA de 14,9% milliards d’euros réalisé l’an dernier reflète dans son ensemble un bilan assez mitigé. La grande effervescence autour des articles connectés n’a pas permis à ce marché de renouer avec la relance. Mais la tendance pourrait s’inverser cette année à en juger par les perspectives de croissance.

Les ventes décevantes de la télévision font couler le marché du high-tech

Plusieurs secteurs sont durement touchés par le marasme qui frappe le marché des biens technologiques en France. Les ventes de téléviseurs connaissent une baisse significative en dépit des avancées techniques considérables qui ont été réalisés en matière de haute définition. Avec un peu plus de 400.000 unités en moins vendus l’an dernier, les ventes sont tombées à 5,1 millions alors qu’elles étaient de 5,5 millions pour l’année 2014. Même les écrans ultra HD cèdent face à la vague de décadence du marché, malgré l’exceptionnelle qualité de ses images, en parlant de résolution. ‘‘Avec 570.000 unités vendues en 2015, les ventes sont en dessous des attentes’’, soulignait Michael Mathieu, responsable du marché des com et de l’image pour le compte de Gfk. Cette baisse généralisée du marché de la télévision est dans une certaine mesure compensée par la hausse de la dépense moyenne pendant les actes d’achat. En gros, on achète moins mais les dépenses augmentent car le goût des acheteurs s’oriente de plus en plus vers des écrans aux dimensions plus imposantes. Le volume d’affaires des téléviseurs dotés d’une largeur de 47 pouces ou plus a grimpé de 25%.

Ces autres secteurs qui en pâtissent également

A l’image de l’effondrement du marché de la télévision, d’autres produits high comme les Smartphone sont également frappés par cette rétraction du CA, comme par exemple les ventes d’appareils photo. Ce segment est resté impuissant face à sa faillite causée en grande partie par les téléphones de dernière génération. Avec un repli de 25%, on estime à seulement deux millions, le nombre d’appareils qui ont pu trouver preneurs sur le marché en 2015. La baisse se confirme aussi dans le domaine de la micro-informatique (-23% pour les tablettes) malgré l’embellie constatée au niveau de la distribution des PC portables (les 2-en-1 ont progressé de 50% l’an dernier).

Ils tirent leurs épingles du jeu malgré la rétraction en France

Avec plus de 20 millions d’exemplaires écoulés sur le marché en 2015, le marché des smartphones résiste plutôt bien à la décadence générale dans le domaine de la distribution des produits high-tech. Dans le même élan de croissance, on assiste à une montée en puissance des objets connectés dans l’Hexagone. Son volume d’affaire est passé de 148 millions d’euros en 2014 à 340 millions, soit une hausse dépassant les 100%. Mais le poids des objets connectés reste encore relativement faible dans la balance du chiffre d’affaires global de l’électronique en France (seulement 2% du CA). Et ce chiffre, comme d’ailleurs le revenu général devrait progresser cette année.

Un vent d’optimisme en 2016

Selon Gfk, les indicateurs devraient passer au vert cette année en raison de deux événements majeurs : l’euro 2016 et les JO de Rio. Les ventes de téléviseurs pourraient atteindre 5,6 millions d’exemplaires cette année contre 5,1 millions d’unités en 2015. Dans le lot, l’ultra HD qui a eu du mal à s’imposer sur le marché connaîtra aussi une augmentation de son volume d’affaires. Globalement, les prévisions tablent sur un revenu annuel estimé à 15,4 milliards d’euros cette année.