Accueil » Disneyland Paris fait couler son exploitant européen
Economie

Disneyland Paris fait couler son exploitant européen

La maison mère du groupe en Europe publie des résultats en baisse dus aux attentas parisiens

Disneyland Paris a fait couler le chiffre d’affaires de son exploitant européen selon le dernier bilan financier réalisé sur la période d’octobre à décembre. Trois mois après les attentats parisiens, le groupe de divertissement peine à renouer avec son grand public en raison du niveau d’alerte encore élevé en France. Son représentant européen dirigé par Tom Wolber et connu sous le nom d’Euro Disney vient de publier les résultats financiers trimestriels du groupe. Le chiffre d’affaires a légèrement reculé de -1,1% depuis le début du mois d’octobre pour tomber à 337,6 millions de dollars alors qu’il était de 341,5 millions d’euros en 2014. Cette baisse s’explique par la chute brutale du nombre de réservations, ‘‘nous avons constaté une forte demande jusqu’aux évènements du 13 novembre, suite auxquels nous avons enregistré des annulations de réservation durant la seconde moitié du trimestre’’, laissait entendre le patron allemand de la firme sur le Vieux Continent.

Le nombre de visiteurs a reculé sur le continent européen

L’an dernier, les parcs d’attraction de la multinationale américaine ont accueilli en Europe un peu plus de 14,8 millions de personnes. Aucune précision n’a été donnée par le dirigeant allemand sur les fréquences de visite des parcs mais la fréquentation des deux sites d’attraction Disneyland a replié de 8% au cours du trimestre. Mais le groupe est tout de même parvenu à compenser ce manque à gagner grâce à ‘‘l’augmentation de 4% de la dépense moyenne par visiteur’’. Le repli de la fréquentation a eu une incidence directe sur le CA ses deux grands parcs, Walt Disney Studios et Disneyland Paris. Ce revenu trimestriel qui était estimé à 192,7 millions d’euros en 2014 est tombé à 187,6 millions d’euros en 2015, soit une rétraction d’environ 5%. Une légère consolation pour la firme dirigée par Tom Wolber, la hausse des activités de développement immobilier qui passe à 3,7 millions d’euros contre 3,5 millions en 2014.

A quand le retour à la croissance chez Disneyland Paris ?

Le contexte actuel est à priori moins favorable au retour du chiffre d’affaires dans le vert pour le parc d’attraction basé dans la capitale française. La menace terroriste reste toujours à un niveau alarmant dans l’Hexagone. En dépit des protestations contre l’état d’urgence, le gouvernement a maintenu cette mesure pour une durée de trois mois et l’a fait même inscrit dans la constitution. Tant que le risque d’attentat sera toujours aussi réel en France, il est peu probable que son somptueux parc de divertissement puisse enchaîner des résultats financiers positifs.